SANTÉ de la PEAU

Dans la dernière décennie , j’ai , comme toutes les femmes de 50 ans et plus,   constaté que ma peau avait changé, et que je me devais de lui accorder un peu plus de temps et d’énergie  si je voulais garder une peau belle  et moins vieillissante, chose que j’avais un peu mis de côté  durant mes nombreuses années à prendre soin de ma p’tite marmaille .

Dans mes recherches pour retrouver cette  peau  saine,  j’ai réalisé que la peau est un organe-laboratoire complexe  et pas seulement une pelure ou une enveloppe  que je peux me permettre de traiter sans me soucier du traitement que je lui accordais.

Ma première découverte fut de réaliser qu’aujourd’hui nos corps  sont  de moins en moins  bien nourris et  de plus en plus intoxiqués   en raison de la pollution de  l’eau,  de l’air et de la nourriture  . C’est  d’ailleurs ce qui nous conduit à tant de  maladies  dégénératives qui nous font mourir à petit feu et perdre notre qualité de vie.  Et la peau qui se veut un organe du système de défense immunitaire  se doit d’avoir  tous ses laboratoires  de protection , d’absorption , d’assimilation et de rejet  en bon ordre .
Mon autre surprise fut de  savoir que les produits que nous utilisons pour nos soins corporels sont presque toujours  fabriqués avec des PARABÈNES  qui sont des agents de préservation  pour que le produit demeure intact (sans moisissures, ni bactéries,  ni champignons ou parasites qui pourraient être néfastes pour la santé à court et long terme ) .

MAIS avec les récentes découvertes,   ces produits sont de plus en plus  trouvés suspects dans  les problèmes reliés aux hormones et  peut-être même les cancers.

MA CONCLUSION  SUITE À MES LECTURES ET OBSERVATIONS
Jamais nous n’avons  eu dans notre société tant de problèmes et désordres hormonaux  chez les femmes  , de la jeune fille à la femme post-ménopausée.  Que ce soit des menstruations douloureuses, ou absentes ou trop abondantes , des kystes ovariens , de l’infertilité ou des interruptions de grossesse prématurées , on peut facilement y constater  en parallèle  toute la prolifération des magasins de crèmes et parfums et les problèmes hormonaux . Je vous encourage pour bien suivre mon point de vue  de prendre le temps de lire  le document  sur les parabènes .

MA SUGGESTION:

J’ai découvert une compagne qui   s’intéresse à la santé à tous les niveaux et  j’ai choisi leur  ligne    pour mes  soins quotidiens   du visage et du corps. Les essayer quelques mois  sera la meilleure façon pour vous de les découvrir et peut-être même les adopter à long terme  tellement vous verrez leurs effets positifs  sur l’apparence de votre peau et cela en quelques semaines .  Et de savoir que vous  ferez vos soins quotidiens  avec des produits non toxiques   de qualité supérieure à un coût si bas , alors  on pourra  dire que là  vous aurez fait d’une pierre deux bons  coups !!
Je vous encourage   fortement à  utiliser  ces produits    afin d’en  observer les  résultats en 4-8 semaines . Il est important de prendre les produits en synergie afin de voir la complémentarité  entre eux  car les résultats en seront optimisés.

VOICI une réflexion  sur les parabènes   qui vous permettra de faire un  choix  éclairé en matière  de santé pour vos soins de peau . Mais avant toute chose,  je vous conseille d’aller dans le moteur de recherche Google  et écrivez Dangers parabènes afin de prendre au sérieux la façon de faire ses soins quotidiens  du corps et du visage.
C’est suite à de telles lectures  que j’ai pris au sérieux de CHOISIR  JUDICIEUSEMENT LES PRODUITS QUI ENTRERAIENT EN CONTACT  AVEC MA PEAU ….

Qu’est-ce qu’un « agent de préservation » ?

Les agents de préservation dans les cosmétiques sont des substances chimiques ajoutées aux formules et dont la seule fonction est de neutraliser la dégradation du produit. Comme de nombreux produits de soins personnels sont à base d’eau, ils offrent un milieu invitant à la croissance microbienne à moins qu’on ne prenne des précautions.
La dégradation du produit survient lorsqu’il y a une infiltration de bactéries, moisissures, levures ou autres micro-organismes qui y prolifèrent sans retenue. La contamination se produit à deux moments:
1) pendant la fabrication
2) pendant son utilisation par le consommateur.

De nos jours, parmi les agents de préservation qu’on trouve généralement dans les produits, on compte ceux qui suivent :

1. Parabènes (de méthyle, d’éthyle, de propyle, et de butyle)
2. Formaldéhyde
3. Quaternium-15
4. Diazolidinylurée
5. Imidazolidinylurée
6. Diméthyloldiméthylhydantoïne
7. 2-bromo-2-nitropropane-1,3-diol
8. Hydroxyglycinate de sodium
9. Phénoxyéthanol
10. Acide sorbique / Sorbate de potassium
11. Méthylisothiazolinone
12. Méthylchloroisothiazolinone

Les produits que j’ai adoptés  ne sont pas formulés avec des agents de préservation chimiques, mais plutôt avec des ingrédients aux propriétés d’auto-préservation qui en assurent la pureté et la fraîcheur. Contrairement à de nombreux produits sur le marché aujourd’hui, chacun des produits Sensé a subi une série de tests en laboratoire démontrant ainsi  son efficacité à neutraliser la contamination microbienne potentielle.

En quoi consiste la « technologie d’auto-préservation » ?

Grâce à la technologie d’auto-préservation, les ingrédients fonctionnels d’une formule,  le processus de fabrication et l’emballage du produit font tous appel à une technologie en instance de brevet pour constituer le système de préservation. Autrement dit, « le produit est l’agent de préservation ». Ainsi, aucun biocide, qui sert uniquement à la préservation, n’est ajouté aux produits de la gamme Sensé aux propriétés « d’auto-préservation ». La technologie d’auto-préservation repose sur six « piliers » :

1. Activité aqueuse                                                                                                                         2. Contrôle du pH                                                                                                                           3. Ingrédients actifs                                                                                                                       4. Emballage adéquat                                                                                                             5. Fabrication aseptisée                                                                                                           6. Cristaux liquides en instance de brevet

Comment fonctionne la technologie « d’auto-préservation » ?

Comme nous l’avons indiqué, les formules  intègrent plusieurs « obstacles » pour tuer les bactéries qui risquent de provoquer leur dégradation. En voici six :

1. Activité aqueuse: Pour croître, les micro-organismes ont besoin d’eau. Nous avons sélectionné des extraits de plantes et la glycérine pour retenir l’eau afin qu’elle serve à hydrater la peau sans que les germes puissent y avoir accès. C’est un premier obstacle à franchir pour les bactéries et microbes ,  certains seront détruits puisqu’ils sont privés de l’eau nécessaire à leur survie.

2. Contrôle du pH. Le pH optimal pour assurer la croissance de la plupart des microbes varie de 5 à 8.  Un pH inférieur à 5 rend leur survie très difficile.  Un faible pH (de 3,5 à 4) est un autre obstacle pour protéger certains de nos produits contre la dégradation.

3. Ingrédients actifs: Comme nous l’avons déjà indiqué, bon nombre d’ingrédients dans les produits Sensé sont dotés de propriétés anti-microbiennes modérées. Leur rôle est accessoire puisqu’ils remplissent des fonctions critiques non connexes dans les formules.

4. Emballage: L’emballage et les fermetures constituent un autre aspect essentiel d’un bon système de préservation, notamment de ceux qui utilisent les parabènes ou le formaldéhyde. Nous avons amélioré l’emballage des produits Sensé en abandonnant l’utilisation de pots à large ouverture—nous utilisons plutôt des flacons avec pompe ou des tubes. La modification des contenants vise à réduire l’incidence de contamination du produit par le consommateur.

5. Fabrication aseptisée : Des agents de préservation chimiques efficaces peuvent compenser une fabrication de piètre qualité. Bon nombre d’entreprises de cosmétiques ne fabriquent pas elles-mêmes leurs produits, mais confient plutôt cette tâche à différentes usines de fabrication. Comme elles n’exercent aucun contrôle sur le processus, elles doivent assurer la sûreté des produits au moyen de systèmes de préservation chimique très forts. Les produits sont fabriqués exclusivement à l’interne dans une usine personnalisée qui n’a pas son pareil dans l’industrie. Ses installations réduisent au strict minimum la présence possible de contaminants grâce à des systèmes de filtration d’air HEPA, des salles de coussinage et d’emballage par pression positive, la purification de l’eau et des tests rigoureux des matières premières et des produits finis.

6. Cristaux liquides en instance de brevet. : Les scientifiques  ont mis au point un processus de fabrication exclusif qui permet la formation de cristaux liquides lamellaires, hexagonaux ou cubiques.   Les cristaux liquides peuvent ainsi se former pour produire spécifiquement soit des composantes d’auto-préservation, soit des extraits de plantes. Ils entrent en action dans le produit lui-même ou à la surface de la peau. La matrice des cristaux contribue également à la propriété des produits de se préserver par eux-mêmes.

 QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES

Que sont les parabènes?

Parabènes est un terme générique décrivant un groupe de composés dérivés du benzène (un agent carcinogène connu [Centre international de recherche sur le cancer19821,b). À titre d’exemple, cette catégorie de composés comprend les parabènes de méthyle, d’isopropyle, d’éthyle, de butyle et d’isobutyle.
On les utilise depuis les années 1950 comme agents de préservation en alimentation et dans les produits cosmétiques. Règle générale, on emploie plus d’un parabène pour une action biocide et biostatique plus intense que celle fournie par un seul parabène. Ainsi, la règle exige l’utilisation de plus d’un parabène dans un produit.
Depuis un bon moment, le fondateur  de la compagnie que j’ai choisie  se préoccupait de l’emploi de parabènes, mais il en justifiait l’utilisation par la volonté d’assurer la sûreté microbiologique des produits de la gamme  pour les soins de peau . Depuis, comme nous avons acquis la technologie pour  créer des produits aux propriétés d’auto-préservation sans le recours aux parabènes, cette justification n’a plus sa raison d’être.
***********

J’ai entendu dire que d’autres produits ne contiennent pas de parabènes ni d’autres agents de préservation. Est-ce vrai ?

À notre connaissance,   peu nombreuses  sont les entreprises dans le monde à offrir une gamme complète de produits aux propriétés « d’auto-préservation » dont la durée de conservation à l’étalage est de deux années entières. Cependant, d’autres produits sont allégués « sans agent de préservation ». Ils se classent dans l’une des catégories suivantes :

a) Garanti sans agent de préservation – peu commodes à utiliser, ils peuvent se révéler dangereux. Tout comme la mayonnaise, ces produits nécessitent la réfrigération, leur durée de conservation à l’étalage est très courte et ils doivent être manipulés avec soin.

b) Systèmes à base d’extraits de plantes : – ces produits n’exigent pas de réfrigération, mais en raison de leur faible action, leur durée de conservation à l’étalage est courte. À notre avis, ces produits ne sont pas suffisamment préservés. Ils offrent une certaine protection, mais celle à spectre large contre tous les types de contaminants est insuffisante.

c) « Sans parabènes » – ces produits ne contiennent aucun parabène, mais ils renferment d’autres agents de préservation chimiques moins bien connus des consommateurs, notamment l’acide sorbique.

d)  La technologie « d’auto-préservation » est-elle un ingrédient ou un mélange ajouté aux produits ? Non. Les produits aux propriétés d’auto-préservation doivent être formulés uniquement en fonction de l’utilisation du produit et des ingrédients fonctionnels nécessaires pour assurer au consommateur les bienfaits voulus. La technologie d’auto-préservation se fonde sur les mêmes principes élémentaires et sur une technologie commune des cristaux liquides en instance de brevet, mais chaque produit est préservé d’une façon unique grâce aux propriétés des ingrédients qui le compose.

e) Qu’est-ce qu’une technologie en instance de brevet ? Cette compagnie  a déposé une demande de brevet pour protéger le procédé que nous avons mis au  point.  Celui-ci permet la formation de cristaux liquides lamellaires, hexagonaux ou cubiques. Les cristaux liquides peuvent ainsi se former pour produire spécifiquement soit des composantes d’auto-préservation, soit des extraits de plantes. Ils entrent en action dans le produit lui-même ou à la surface de la peau. Grâce à cette technologie, il n’est plus nécessaire d’utiliser ces composés chimiques problématiques : cellules donatrices de formaldéhyde, chlorure de benzalkonium, parabènes, diméthyloldiméthylhydantoïne, bromure de benzalkonium, chlorhexidine, chlorure de cétylpyridinium ou thimérosal.

f) Est-ce dire que la fraîcheur des produits est d’une durée limitée et qu’ils ne sont pas à l’abri d’une contamination microbienne ? Non. Les produits   aux propriétés d’auto-préservation conservent leur fraîcheur pendant deux ans, à l’instar des produits concurrents qui font appel aux cellules donatrices de formaldéhyde, aux parabènes ou à d’autres agents de préservation chimiques.

***********                                                                                                                                    Des ingrédients peuvent-ils être à la fois fonctionnels et antimicrobiens ? Oui. Certains ingrédients servent à plus d’une fin. Par exemple, certains surfactants possèdent des propriétés anti-microbiennes, bien qu’ils servent principalement à conférer des propriétés moussantes et nettoyantes à un produit. Ainsi, les surfactants ne sont pas des agents de préservation dans l’acceptation traditionnelle de l’expression puisque leur fonction première diffère.

« L’histoire des cosmétiques », publié le 21 Juillet 2010, nous fait prendre conscience de l’utilisation perverse de produits chimiques toxiques dans nos produits de soins personnels, allant du rouge à lèvres au shampoing pour bébé.

Produit avec Free Range Studios et hébergé par Annie Leonard, le film de sept minutes par l’histoire du projet « Stuff » dénonce les implications pour la santé des consommateurs et des travailleurs ainsi que pour l’environnement Aussi, il décrit comment nous pouvons avancer dans l’industrie loin des produits chimiques dangereux loin et comment se diriger vers des alternatives plus sécuritaire .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

     

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>