LE SOMMEIL RÉPARATEUR

Le sommeil  est réparateur à ce qu’on dit …..  Car il  assure une récupération mentale et physique essentielle à une bonne santé. Le manque de sommeil aura un impact remarquable sur le comportement, provoquant l’irritabilité et les pertes de mémoire, et s’il persiste, il pourra mener à des troubles de l’humeur importants.
La privation de sommeil diminue la réponse immunitaire et déstabilise les rythmes hormonaux (niveau élevé de cortisol — hormone du stress). Pour la personne qui souffre, c’est un moment de grâce qui est absolument nécessaire, tant pour son corps que pour son esprit. Comme l’insomnie accroît la sensibilité à la douleur, il est primordial que les troubles du sommeil soient adressés.
Le cycle du sommeil se divise en plusieurs phases  à ondes lentes :
  • L’endormissement,
  • Le sommeil léger,
  • Le sommeil profond
  • Le sommeil très profond,
  • Le sommeil paradoxal
  • Le  mini-réveil.

Ce cycle complet dure d’une heure et demie à deux heures et se répète cinq ou six fois pendant la nuit jusqu’au réveil.

On attribue la récupération physique et musculaire aux phases de sommeil profond.
La phase de sommeil paradoxal est plus courte, soit de 10 à 15 minutes, et se caractérise par une activité cérébrale intense où les muscles semblent paralysés. C’est le moment des rêves, de l’assimilation des connaissances et de la récupération mentale.
Le fait est que la science continue de découvrir l’importance pour la santé de dormir de 6 à 8 heures par nuit. Quand on parle d’un sommeil «régénérateur», ce terme est très pertinent car de fait c’est pendant le sommeil profond que nos cellules se régénèrent grâce à l’hormone de croissance qui est secrétée en plus grande quantité à ce moment-là. Le manque de sommeil et l’incapacité de dormir profondément vont accélérer le vieillissement et la dégénérescence au niveau de tous les tissus, mais particulièrement du cœur, du cerveau (troubles cognitifs et de mémoire), du foie, du système cardiovasculaire et du système immunitaire. Le système hormonal en subira également des conséquences surtout à la ménopause.
De fait, c’est un véritable cercle vicieux qui s’installe à cette étape de la vie: les perturbations hormonales qui se produisent ont un impact sur la production de sérotonine et de mélatonine, et la baisse du niveau de ces neurotransmetteurs augmentera les troubles du sommeil.
Et plus le sommeil est perturbé, plus le système hormonal sera en détresse
Pour en savoir plus, prenez le temps de lire un excellent dossier sur le sommeil sur www.passeportsante.net (http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=insomnie_pm
This entry was posted in sommeil and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

     

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>