Attention aux parabènes !

Les parabènes sont-ils dangereux ou pas?

Le ministre de l’Environnement du Danemark a décidé d’interdire l’usage de deux conservateurs dans les produits de puériculture pour enfants de moins de 3 ans. Le CRIOC garde un œil critique sur ces substances, mais trouve qu’on manque encore de clarté à leur sujet.

Le Danemark

Le Danemark sera le premier pays de l’Europe qui passera à l’interdiction desdits parabènes de propylène et de butylène dans les produits de puériculture pour enfants de moins de 3 ans. Ces substances sont utilisées dans la plupart des cosmétiques, telles que mascaras, déodorants, savons ou crèmes faciales, mais également dans certains aliments. Une grande qualité des parabènes est que, même en quantité réduite, ils aident à prolonger considérablement la durée de vie des produits. Ainsi, ils offrent l’avantage par exemple pour les crèmes en pots dont on prend le produit avec les doigts et donc soumis à pollution par contact, de prolonger le temps de conservation de leurs qualités hygiéniques. De plus, il y a relativement peu de personnes présentant une allergie aux  parabènes, et il semblait également très sûr.

Les effets des parabènes

Cependant, depuis la fin du siècle passé, on sait que les parabènes peuvent aussi avoir des effets de perturbants dits endocrines. En langage usuel, cela signifie qu’au sein du corps humain, le système qui veille à la production et au transport d’hormones peut être déréglé. Les perturbations du bon fonctionnement du système hormonal sont liées par exemple au cancer du sein chez la femme et à la diminution de la fertilité chez l’homme. Il est possible que les parabènes jouent aussi un rôle dans ce problème et la question se pose alors de savoir si l’utilisation de ces substances dans les produits doit être restreinte, voire complètement interdite. Les jeunes enfants et les femmes enceintes sont des catégories plus à risques que d’autres, surtout par l’utilisation des cosmétiques avec parabènes et moins l’alimentation parce que les parabènes des aliments sont très rapidement évacués du corps.

Le lien avec le cancer du sein n’est pas (encore) prouvé. Jusqu’à présent, des tests en laboratoire sur des rats et souris ont bien démontré qu’une très grande concentration en parabènes a un effet par exemple sur l’utérus des femelles ou sur l’organe génital des mâles, mais que ce n’est pas le cas avec des concentrations plus faibles. Une autre étude confirme cependant que les parabènes, même à très grande dose, ne causent pas d’effets significatifs chez les rats et les souris. Peu importe laquelle de ces études a raison ; le fait est et reste que les concentrations en parabènes propylèniques et butylèniques par exemple dans les cosmétiques sont nettement inférieures à celles que la première étude citée marque comme des doses anodines. Néanmoins, la Scientific Committee on Consumer Safety (SCCS), qui donne des avis à la Commission Européenne, a conclu ce 14 décembre 2010, que les parabènes ne sont sûres que si la concentration maximale des butylparabènes, par exemple, dans un produit est réduite de 0.4% à 0.19%

L’étude complète: OPINION ON Parabens

La ministre danoise de l’Environnement, Karen Elleman, ne partage pas cet avis. Elle interdit complètement ces substances chimiques dans les produits de puériculture pour les plus jeunes enfants. Il faut avouer qu’à l’heure actuelle, les parabènes sont encore trop méconnus pour l’évaluation de leurs vrais risques. Qu’en grande concentration, ils soient potentiellement nocifs, est connu ; mais que leur utilisation pratique complexe soit nocive ne peut pas encore être exclu. Il faudra encore faire plus de recherches, par exemple sur “l’effet cocktail”, qui sont les effets négatifs qui peuvent être causés par  le mélange combiné de parabènes à d’autres composés auquel le consommateur est confronté dans la vie quotidienne. Encore faut-il que les effets examinés valent pour l’être humain et pas seulement pour les rats et les souris.

Que faire?

La ministre danoise ne prend aucun risque. Au CRIOC, nous sommes surtout curieux de voir ce qui va ressortir de nouvelles recherches et nous demandons à la ministre Laurette Onkelinx des Affaires sociales et de la Santé publique d’étudier et de suivre ce dossier de très près. Tant qu’on n’en sait pas davantage, vous pouvez, en tant que consommateur, toujours décider d’acheter des cosmétiques qui ne contiennent pas de parabènes. La présence de parabènes butyléniques et propyléniques peut également être indiquée sur l’emballage comme butyl/propyl hydroxybenzoate. Dans les cosmétiques alternatifs, ces substances sont remplacées par exemple par de la hydroxyméthylglycinate ou de l’extrait de graines de pamplemousse, mais il faut prendre en compte que de telles alternatives coûtent souvent nettement plus cher et ne sont pas non plus toujours aussi efficaces que les parabènes, et qu’elles sont susceptibles de causer des réactions allergiques.

Encore un conseil pour conclure : ne vous laissez pas effrayer par les noms chimiques incompréhensibles et qui donnent des frissons. Un nom ne dit pas tout. « Extrait de graines de pamplemousse » a bien sûr un ton beaucoup plus naturel que le mot « parabènes », mais la substance n’est pas pour autant plus naturelle. Le nom ne permet pas de déduire si un produit est nocif ou pas. En fin de compte, ces conservateurs aux noms rébarbatifs aident quand même à éviter que le flacon de lotion ne commence à pourrir déjà après un mois, et sans eux, ce produit pourrait très bien avoir, et aurait vraisemblablement, d’autres effets nocifs sur votre santé!

Source :http://www.oivo-crioc.org/FR/doc/dcdc/sante/document-5472-Les_parab%C3%A8nes_sont-ils_dangereux_ou_pas.html

This entry was posted in horizontal, parabènes, sensé, soin de la peau and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

     

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>